Il était une fois...

il était une fois, le sirop d’érable

Si tout le monde est d’accord pour dire que le sirop d’érable est un produit emblématique du Canada, plusieurs légendes Amérindiennes, en revanche, s’en disputent l’origine. En voici quelques-unes, à dévorer des yeux tout en dévorant, pour de bon, un roulé à l’érable, ou une tarte au sucre !

la légende iroquoise

Un matin, le chef Iroquois Woksis partit à la chasse en prenant sa hache, plantée dans un arbre la veille. Au pied de l’arbre se trouvait un petit récipient, qui se remplit au fur et à mesure de la journée de sève, grâce à l’entaille faite parla hache. La femme de Woksis, pensant qu’il s’agissait d’eau, s’en servit pour faire cuire son ragoût.

Quelle ne fut pas leur surprise en dégustant la viande et en constatant qu’elle avait un goût sucré ! La femme de Woksis, n’y comprenant rien, trempa son doigt dans le liquide qui avait servi

à faire cuire le ragoût et lui trouva une douce saveur sucrée : le sirop d’érable était né !

Cette légende existe aussi dans sa version Algonquine, où le sirop prit le nom de Sinzibuckwud, qui signifie « tiré des arbres ».

la légende Huronne

Un jour, un homme aperçut un écureuil grimper le long d’un tronc d’arbre et boire, après avoir mordu à une branche. Intrigué, puisqu’une source d’eau fraîche coulait tout près, il imita l’écureuil et fit une fente dans l’arbre à l’aide de son couteau.

Quelle surprise ! Jusqu’à présent, sa tribu ne trouvait du sucre que dans des fruits sauvages, et voilà qu’un arbre pleurait du sucre en larmes de cristal !

Il venait de découvrir, en plus, un remède contre le scorbut, dont les siens souffraient au printemps. Tout ça grâce à un écureuil qui était venu se désaltérer avec de la sève d’érable.

la légende Micmac

Un matin de printemps, une vieille femme Micmac partit recueillir la sève d’érable. Puisqu’elle la préférait lorsqu’elle était chauffée, elle alluma un feu, plaça son pot de sirop au dessus et s’en alla se

reposer. À son réveil, bien plus tard, elle trouva dans son pot un sirop clair et sucré.

la légende de Nokomis

Nokomis, grand-mère de Manabush (héros de nombreuses légendes indiennes), aurait été la première à entailler le tronc des érables pour en recueillir la sève. Manabush, devant ce sirop sucré et prêt à manger, conseilla à sa grand-mère de faire quelque chose afin que les hommes ne deviennent pas trop paresseux, face à du sucre si facilement accessible.

Mais, craignant que sa grand-mère ne l’écoute pas, Nokomis grimpa en haut d’un érable et versa de l’eau à l’intérieur de l’arbre. Depuis, l’on doit travailler dur à récolter ce précieux sirop !

les petites informations essentielles à propos de l’acériculture* pour briller en société

Le sirop d’érable, sucre non raffiné, possède un pouvoir sucrant nettement supérieur à celui du sucre blanc et apporte des minéraux (zinc, manganèse) et vitamine B. Pensez à lui pour remplacer quotidiennement le sucre raffiné dans vos recettes !

74% de la production mondiale du sirop d’érable vient du Québec, et il faut 35 à 40 litres d’eau d’érable pour en produire un de sirop.

*l’acériculture ? La culture des érables !

Laisser un commentaire